Film présenté en

Réalisateur

Francesca Comencini

Durée

1h 30

Genre

Comédie dramatique

Type

Acteurs

Filippo Scicchitano, Giulia Valentini
Facebook
Twitter

Une journée à Rome – Un Giorno Speciale

Synopsis

Une nouvelle journée commence à Rome, la ville éternelle. Gina et Marco ont 19 et 20 ans et sont portés par l’exubérance de la jeunesse. Gina rêve d’entrer dans le monde du spectacle et doit rencontrer un homme politique influent qui pourrait lui ouvrir des portes. Marco l’accompagne au volant de sa berline noire, c’est son premier jour de travail. De la banlieue vers le centre historique de la ville, ils vont apprendre à se connaître, tomber amoureux, et vont ainsi basculer, peut-être un peu trop tôt et sans en avoir conscience, dans le monde des adultes.

Revue de presse

Studio CinéLive : Un prétexte pour effleurer le désenchantement italien. Une mignonne de 19 ans qui rêve de faire de la télé pour sortir du gris de sa cité et un brave gars de 20 ans, tout juste bombardé chauffeur de maître, qui espère échapper au destin morose de la jeunesse d’en bas. C’est qui doit emmener la belle à un rendez-vous avec son patron, un homme influent susceptible de la pistonner. Embarquement pour une errance à deux dans Rome, prétexte à une autopsie du désenchantement italien. Du moins est-ce l’ambition affichée. Mais les plaies et bosses de l’Italie ne sont qu’effleurées. La journée qui s’annonçait particulière n’est qu’une balade aigre-douce joliment tournée. Trop évanescente peut-être.

Première : La rencontre entre une fille qui rêve de devenir actrice et un garçon qui vit sa première journée en tant que chauffeur de maître permet à Francesca Comencini de filmer les pièges tendus à sa jeunesse par la société italienne. Alternant scènes insouciantes et moments de désillusion, la réalisatrice porte un regard inquiet mais bienveillant sur des personnages qui découvrent leur fragilité. Dommage, cependant, que la banalité de la mise en scène atténue la dimension politique et contestataire de cette journée romaine.

Télérama : Francesca Comencini filme ses deux héros, soudain libres, dans une ville dont la beauté résiste tant bien que mal aux touristes qui l’encombrent. En filigrane, comme le faisait son père, Luigi, elle observe le pouvoir des puissants, et aussi l’étrange faiblesse des humbles, qui, au lieu de s’unir, se divisent : ainsi, entre ceux qui vivent en deçà et ceux qui vivent au-delà du périphérique règne un mépris aussi in­compréhensible qu’absurde… Jamais, cependant, son regard ne sombre dans le cynisme, ni le moralisme. Au contraire : dans ce (tout petit) film, la légèreté, jusqu’au bout, l’emporte sur la mélancolie.

Notre avis : Le jeune acteur Filippo Scicchitano fait partie des espoirs du cinéma italien. Découvert dans Scialla ! (Stai sereno) en 2011, il s’est tout récemment illustré dans le rôle de Leo, dans l’adaptation cinématographie du best-seller d’Alessandro D’Avenia, Bianca come il latte, rossa come il sangue.

Bande Annonce

Dates et Horaires